Mon arrêt avec Champix ?

Jour 2 sous Champix – partie 2 -(10,5 vs 30)

Samedi 14/01/2017 : Le 2ème jour avec Champix – partie 2, l’après midi-soirée : 10.5 cigarettes au lieu de 30

 

Après une  (longue) sieste ☼, je me suis réveillée à 18h :shock: la bouche ultra pâteuse : beurk !

Évidemment, ma première pensée est pour la tueuse :-( :x Et, j’appréhende d’autant plus cette 2ème partie de journée que ce soir, c’est resto en famille puis chez ma sœur pour l’anniv de ma nièce…

Par contre, aucun rêve bizarre, c’est déjà ça de gagné :-D

Bref, comme je ne suis pas en avance (je suis toujours en retard 8-) ) , je n’ai pas vraiment le temps de fumer tranquillement : je dois faire ma douche, m’habiller, me maquiller… Du coup, j’en fume une – en vitesse – après 10 minutes d’attente  puis, je m’active car tout le monde me râle dessus.

Entre deux, mon mari me demande de venir voir sa dernière trouvaille sur internet (c’est un gadgetoman :mrgreen: ) et, finalement, nous partons enfin à 19h45.

A ce moment là, j’ai fumé 1,5 cigarettes en tout (la 1ère étant la deuxième moitié de celle de 10h30 d’avant ma « sieste ») et, tout va bien : je n’ai pas eu le temps d’y penser. Pour le manque physique, curieusement c’est toujours pareil : quasi néant. J’en suis à présent à 7 cigarettes de fumées depuis mon (1er) réveil : c’est gigantesque !

Pendant tout le trajet en voiture (30 minutes théoriques) je « décide » que c’est une voiture non fumeur (Débilix n’y croit qu’à moitié mais il me reste l’autre moitié :lol: )  ; il faudra donc que j’attende d’arriver pour pouvoir fumer.

Mais à l’arrivée à 20h45 (1h de trajet au final), le grand froid aidant (j’habite en région parisienne) je choisis de rentrer directement dans le resto : c’est un chinois-wok à volonté : miammmmmm :razz:

Les premières minutes avant le repas me semblent un peu longues et je ne pense qu’à ça : ça devient vraiment chiant et frustrant ! Je prends mon mal en patience…

Enfin, nous passons au repas et je n’ai toujours pas craqué :-) Je me régale mais sans abus car l’appétit n’est (bizarrement ?) pas trop là.

A 22h00, les gourmands commencent à s’essouffler et les 1ers fumeurs se lèvent pour aller s’en griller une. L’un d’entre eux m’invite à le suivre et je me surprend à lui répondre : « non, ce n’est pas encore l’heure (???), pas maintenant, tout à l’heure ».

Ne me demandez-pas d’où c’est sorti, je l’ignore totalement mais, c’est sorti ! Et, l’instant d’après se dessine l’esquisse d’un sourire sur mon visage : c’est bête mais je suis toute fière de moi :neutral: :oops:

A 22h30, je rejoins enfin le groupe des fumeurs qui entament quant à eux leur 2ème voire 3ème cigarette de la soirée resto. De nouveau, à la moitié de ma cigarette, je suis « rassasiée » (comprendre apaisée) et, je décide de l’éteindre devant le regard médusé de ma sœur.

Lorsque nous quittons le restaurant, je fume la deuxième moitié de cette cigarette, il est 23h et j’ai fumé 8 cigarettes dans la journée.

Finalement, c’est effectivement chez ma sœur, avec l’ambiance fête etc que les choses vont se gâter :-(

Lorsque je quitte les lieux à 3h du matin (tout de même !) : j’ai fumé 5 cigarettes de plus et, pour finir, lorsque je me couche (après avoir encore un peu trainaillé) :

 

Il est 5 heures du matin, j’ai été réveillée 15h dans la journée et, j’ai fumé en tout 16 cigarettes,

Habituellement, dans les mêmes circonstances, j’aurais déjà largement entamé mon 2ème paquet voir même un 3éme. :roll:

Tableau de consommation sous champix jour 2

Conclusion :

1- Je ne sais pas comment tout cela fonctionne et, encore une fois, je me demande si ce n’est pas surtout psychique mais, force est de constater que pour cette première journée, c’est un très bon résultat me concernant et, qui plus est, dans un contexte familial de fête,

2- Le manque « physique » est quasi-nul,

3- Mon seul effet indésirable constant pour le moment, c’est cette espèce de sensation d’oppression thoracique dans le 1/4h qui suit les prises,

4- Ma plus grosse difficulté consiste toujours dans l’obnubilation de mes pensées toutes dirigées en quasi permanence vers la cigarette,

5- Curieusement, malgré ce plutôt « bon résultat », je me sens « fautive » et je culpabilise car – tout aussi curieusement – j’ai tellement pensé à la cigarette non-stop que j’ai l’impression de n’avoir fait que fumer.

Je sais que c’est paradoxal et même risible mais : VÉRIDIQUE !

Je me demande ce que sera demain, croisons les doigts. :-) Mais, pour l’instant : Champix, ça marche !

 

 

 

 

 

Mots-clefs :

A propos de Votre-dévouée-administratrice

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus