Mon arrêt avec Champix ?

Jour 2 sous Champix – partie 1 -(5,5 vs 11)

Samedi 14/01/2017 : Le 2ème jour avec Champix – partie 1, la matinée : 5.5 cigarettes au lieu de 11

 

Ma nuit :

Pour ceux qui n’ont pas lu le 1er Post (le 1er jour), j’ai commencé mon traitement par Champix hier soir à 22h30. C’est pourquoi, je démarre la narration de cette 2ème journée en vous parlant d’abord de la nuit passée (sachant que je me suis couchée à 1h30 du matin).

Oufff ! Par où commencer ?! Disons que ma nuit a connu 3 gros changements par rapport à d’habitude :

  1. Réveils multiples – de quelques minutes toutefois – mais suffisamment réguliers et fréquents pour que je m’en souvienne et que je vous en parle :-(  Cependant, je dois préciser que mon mari est un gros (très) gros ronfleur et qu’il a donc du bien contribué à la situation. :-)
  2. Rêves de fou : en effet, comme j’avais pur le lire, ça et là, bien que sans conviction, à 5h25 du matin, je peux vous dire que n’avais plus de doute sur la question lol. Réveil en sursaut à cause du plus « spécial » d’entre eux (j’étais dans un corps d’homme, étendu parterre et je suppliais qu’on ne me prenne pas la vue/mes yeux : bref, assez gore). Mais, d’autres rêves furent beaucoup plus « peace and love » : je voyageais dans la galaxie  à travers les nébuleuses en traversant des feux d’artifices étoilés de toutes les couleurs : magnifique :-)
  3. Lever très matinal dans un état de fatigue important mais somme toute logique : 5h de sommeil entrecoupé.

Sensations psychologiques et pensées :

A 6h17 donc, je me lève tout de même quelque peu « perturbée » par cette nuit agitée. Mais, je ne suis pas en situation d’angoisse face à cela, preuve que c’était tout à fait surmontable (du moins, pour moi et, pour le moment bien sûr). Non, ma véritable angoisse – s’il doit y en avoir une – c’est de savoir comment va se passer ma journée avec (et/ou sans ?) mes cigarettes.

De plus, depuis ce fameux rêve à 5h25 du matin, à chacun de mes moments de conscience, j’ai eu la pensée de la (fatidique) « 1ère cigarette de la journée » qui me « harcelait » déjà.

Alors, autant avec les ré-endormissements quasi simultanés, cela pouvait aller, autant là : je sais que ça va être un combat ! L’angoisse commence…

Il faut dire que je place énormément d’espoirs dans ce traitement et que je serais très déçue de ne pas être à la hauteur. Si vous avez vu ma page d’accueil, vous comprendrez que c’est ma réelle 1ère tentative et donc, forcément, cela doit jouer un peu.

En même temps, je me surprend à analyser beaucoup plus que d’accoutumée toutes mes pensées et ressentis physiques et, je ne sais pas si cela est du au Champix ou non mais, en tout cas, ça a le don de « m’amuser » :-) Je suis entrain de devenir mon propre psy mdr…

Enfin, entre autres choses, je suis curieuse de voir ce que ça va me faire (ou pas), comment ça va le faire….

 Trucs et astuces (1) :

Comme le psy que je suis depuis quelques instants se doit d’aider au maximum sa patiente :-) , je décide soudain de me donner un petit « truc » pour faire un 1er pied de nez à la tueuse et bien commencer ma première journée de traitement.

- Puisque RIEN ne m’oblige ni à fumer, ni à ne pas fumer et, puisque je suis même autorisée à fumer encore quelques jours : j’aurai donc bien accès à cette première cigarette de la journée, quoiqu’il arrive.  >>>Par conséquent, je n’ai pas à angoisser face à cela.

- Du coup, je peux – tout comme si il s’agissait d’un jeu, d’un « mini-défi » – décider d’essayer de reculer un peu – juste un peu ! – de quelques minutes seulement ! – la prise de cette 1ère cigarette.

- Ce « jeu » me semble amusant, vu les circonstances, et je me dis donc qu’il ne sera en effet, ni grave, ni mortel d’essayer. En plus, chaque minute gagnée sera une « mini victoire » : alors j’adhère !

Mais Débilix arrive :

Oui, mais…. A ce stade de l’histoire, un nouveau « personnage » fait irruption ! Je décide de l’appeler Débilix : inutile de vous expliquer pourquoi, je crois que tout le monde comprendra ;-)

Mais qui est Débilix ?

Ce n’est rien d’autre que la partie de notre cerveau la plus intoxiquée par la cigarette et, finalement l’ennemie N°1 du Champix ! (Champix vs Débilix… Pour ceux qui suivent :-) )

Car, à peine ai-je décidé de reporter (juste reporter !) cette fameuse 1ère cigarette -  le temps de me préparer mon thé (je ne bois pas de café) en l’occurrence- qu’il se met à me faire faire X allers-retours entre ma cuisine et ma salle à manger : je passe d’une pièce à l’autre nerveusement sans parvenir à me focaliser sur ce que je dois faire, comme si j’étais lobotomisée ou comme si je ne savais plus comment faire un thé !

Mais, je dis bien « comme si » car, très vite je m’aperçois de l’aberration de la situation et, je comprends dans la foulée qu’en réalité, cela n’a rien à voir avec le Champix (ce n’est pas un effet indésirable) mais, c’est « juste » Débilix qui « refuse » le « désordre » que j’essaie de lui imposer.

IL VEUT SA 1ERE CIGARETTE DE LA JOURNEE !

 Trucs et astuces (2) :

Je souris en comprenant le comique et le « vice » de la situation et, je me dis :

« à situation vicieuse, remède vicieux ! Si Débilix insiste, réponds-lui qu’il va devoir attendre puisque – comme cela t’es arrivée d’autres fois – tu attends que ton mari sois revenu du tabac avec tes cigarettes. Donc, tu ne peux rien faire. Vous (toi comme lui) n’avez pas d’autre choix que d’attendre un peu, ce ne sera pas long « 

EUREKA ! Le subterfuge fonctionne ! Mystères du conscient et du subconscient ?

En tout cas, le « désordre » semble devenir plus acceptable à Débilix, même s’il n’oublie pas que j’ai des cigarettes à disposition puisqu’il me ramène par 2 fois – presque inconsciemment – à l’endroit où se trouvent celles-ci, comme pour me montrer que je me trompe. Les 2 fois, après que mon regard ait accroché mon paquet de cigarettes, je « résiste » en ré-invitant Débilix à attendre !

Enfin, après être parvenue tant bien que mal à me faire mon thé (entre 2 allers-retours sans queue ni tête) et, après m’être installée confortablement devant mon PC, il est 6h37 -j’ai tenu 20 minutes-  et, Débilix n’y tenant plus, je lui accorde donc « sa drogue » estimant que le défi est plutôt réussi ;-) (au passage, comme la veille, je trouve cette cigarette très forte et je ressens vite comme une « satiété », je l’arrête donc à la moitié)

De 6h37 à 10h30 :  les 4 premières heures de la journée

  • Comme nous sommes samedi et que je travaille pas, je décide donc de chercher des témoignages (précis) sur le Champix et, je passe cette première partie de la matinée à surfer sur le net. Ne trouvant pas assez de renseignements précis, techniques et détaillés à mon goût, l’idée de ce blog germera progressivement au cours de cette matinée.
  • Mais, surfer sur le net n’est pas sans danger puisque, devant mon pc, j’ai plutôt tendance à les enchainer (je parle évidemment des cigarettes).
  • Cela couplé au fait que lorsque je ne travaille pas, je fume quasi 2 fois plus,
  • Et sur additionné au fait que je fume toujours plus le matin au lever

Et vous aurez vite compris pourquoi il m’est apparu judicieux de vous décrire ces toutes premières heures, du premier jour de traitement.

Je pense en effet que – tout comme moi – c’est une question que beaucoup se posent à propos du Champix :  » Comment ça va se passer demain au réveil ? »

 

 Et bien : ça se passe pas mal du tout !!! :-)

Bilan de la 1ère matinée :

Ayant très peu et très mal dormi, je suis retournée me coucher à 10h30.

Au final, j’ai fumé 5,5 cigarettes (y compris la 1ère) pendant cette petite matinée de 4 heures. Cela peut vous paraître beaucoup en 4 heures mais, rappelez-vous non seulement les points qui précèdent mais aussi mon quota habituel de consommation (20 à 40 cigarettes/jour selon si travail ou pas).

- Habituellement, dans la seule 1ère heure de la journée, je fume 4 à 6 cigarettes !

- Et, 2 à 3 de plus dans la 2ème heure, avant de « relâcher » un peu le rythme après !

C’est donc >>> 6 à 9 cigarettes en 2 heures.

Ce matin, avec 5,5 cigarettes en 4  heures, c’est une réduction drastique et pourtant sans effort : c’est déjà unique pour moi !

Encore une fois : Champix, fatigue ou effet psychologique ??? Je ne sais pas et ne pourrai vraiment commencer à y répondre qu’à la fin de la journée mais, pour l’instant, je suis satisfaite du résultat.

Précisions importantes :

1- Tout comme pour la première cigarette, celle de 10h30 m’a vite « rassasiée » d’où le chiffre final de 5,5 cigarettes.

2- Je n’ai pas eu la sensation de me brimer (hormis pour l’attente de la 1ère) ni de nervosité excessive ou autre du même genre, ni d’idées noires ou sentiment de tristesse etc…

3- Je n’ai pas ressenti d’autre effets que ceux décrits la veille (après la prise) et ceux de la nuit évoqués plus haut,

4- Je n’ai pas ressenti de manque. Simplement, ça me faisait comme si Débilix (la partie de mon cerveau inconscient responsable de mon addiction) déclenchait moins souvent le besoin de fumer que d’habitude, d’où un nouvel espacement temporel presque naturel entre les cigarettes.

5- Je (toujours grâce à Débilix :evil: ) n’ai pas arrêter de penser à la cigarette de toute la matinée >>> c’est là que je pressens une certaine « souffrance » à venir : la souffrance psychologique !

6- Aucune cigarette ne m’a dégoutée mais toutes m’ont paru plus « fortes », plus « agressives » et plus rugueuses en bouche et en gorge.

 Bilan « psy » :

1 – Je suis très rassurée (et donc moins stressée et angoissée) de savoir que pour l’instant je peux continuer à fumer, ce qui n’existe pas avec les patchs et autres méthodes anti-tabac,

2- Je suis également rassurée par le peu d’effets secondaires sur moi pour le moment,

3- Même si j’appréhende tout de même un peu mes prochaines nuits et leur lots de rêves bizarres,

4- J’ai trouvé cette première étape (la 1ère cigarette, la première heure, la première matinée) beaucoup plus facile que prévue (d’un point de vu physique) et ça me rassure énormément pour la suite,

5-J’ai très hâte de passer à l’étape 2 du traitement (augmentation des doses à partir du 4éme jour) car j’imagine que cela va encore accroître les « espacements temporels naturels » de Débilix,

6- J’ai par contre, beaucoup de craintes encore quant au point de vu psychologique car – et c’est à peine croyable ! – Débilix squatte littéralement tous les espaces libres de mes pensées au profit d’une seule et unique : la cigarette ! Ça, je l’avoue, c’est flippant et prise de tête ! :-(

En gros, c’est réellement comme si vous n’arriviez à penser à rien d’autre qu’à ça. Bon, je suis encore au tout début de cette aventure et ne veux décourager personne mais, je dois être honnête la dessus :

Il faut vous préparer réellement à vous « bagarrer » avec vos pensées !

C’est véritablement le nerf de la guerre.

Le problème PSY est et sera votre plus grande difficulté si vous décidez de vous sevrer du tabac.

 

A propos de Votre-dévouée-administratrice

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus